Transfert du blog sur blogger, les aventures de Peonrunner continuent

Bonjour,

J’ai décidé de transférer le blog sur une nouvelle plate-forme. Celle ci a eu le mrite de m’héberger gratuitement pendant 5 longues années mais je souhaite reprendre en main le blog.

Vous pourrez suivre mes aventures désormais sur:

https://peon-runner.blogspot.fr

A très vite

 

Voyage à Paris et sortie au parc des Buttes Chaumont

Hello

Le peonrunner est en voyage dans la capitale, et j’en ai profité pour aller faire un petit run au parc des Buttes Chaumont que je ne connaissais absolument pas. C’est un écrin de verdure dans la jungle du bitume parisien très sympa. Pour la petite histoire, ce site est totalement artificiel y compris le joli petit lac au centre. Il s’agissait d’une ancienne carrière qui a été réaménagé en aire de verdure. Mais quelle culture !!! Non j’ai juste lu les panneaux à l’entrée du parc.

Petite particularité ce n’est pas plat. On descend puis on remonte, ou l’inverse tout dépend d’ou on commence. Point négatif pour moi, le sol est de l’enrobé, du goudron qui martyrise les articulations. Je préfère de loin les chemins de terre. Mais on est à Paris quoi.

Beaucoup de monde, dans tous les sens mais on circule bien quand meme. Vers le milieu de la partie haute, on peut voir des pratiquants de gymnastique et de tai chi, c’est marrant. Je crois que si j’habitais dans le coin, j’irai tenter l’expérience.

Coté perf, je n’ai pas forcé et c’est passé comme une lettre à la poste après plusieurs jours de bouffe pas toujours très diet mais je suis en vacances oui ou non ????

Je trace mes runs avec une garmin forerunner 235 que j’ai depuis presque un an, je suis fan des infos et du cardio au poignet sans ceinture. Peut etre que la précision n’est pas optimale mais je ne suis pas sportif de haut niveau. Donc ca me va très bien. Elle se connecte en rentrant en bluetooth à ma tablette et je peux aller consulter mes incroyables performances. J’adore.

Ci dessous 2 captures pour résumer la sortie. Je rajouterai 2 photos prises sur le parcours très prochainement.

resume run buttes chaumontcarte buttes chaumont

A suivre

 

 

Objectif 2018, moins de 4h sur une des étapes de l’euskal trail 2*25 km

Hello à toutes et tous

 

Pour ceux qui avaient suivi mes aventures, et je sais que vous êtes presque nombreux, l’euskal trail qui se déroule au mois de mai dans la magnifique bourgade de St Etienne de Baigorry est MA course de l’année. C’est une course en duo, et avec mon partenaire Cristobal, nous n’avons pas raté une édition depuis 2012. En tout cas, toujours au départ et quelques fois à l’arrivée des 2 jours. Incroyable tout ce qu’il peut arriver en fonction de la préparation de chacun, de la météo, des circonstances de vie à ce moment. Chaque édition a été différente mais le plaisir est à chaque fois présent. Alors on remet ça chaque année, c’est notre ko lanta à nous.

index

Alors pour notre 6ème participation qui aura lieu donc les 11 et 12 mai 2018, j’ai haussé le niveau d’exigence avec un objectif non atteint à ce jour en 5 participation à savoir réussir à faire moins de 4 heures sur une des deux étapes du trail gourmand 2 * 25 kms.

Je crois que notre meilleur temps est 4h12 mais il faut dire qu’à chaque fois, on arrive pas très préparés. Lui ou moi, blessure, déménagement, naissance d’enfant, mariage, canicule, chaussure explosée,  il y a toujours un truc pour foirer la perf.

Donc j’annonce, 2018 c’est notre année et on va y arriver !

Si vous aussi vous participez à l’euskal trail ou avez des questions sur cette course pour moi mythique en Pays Basque (21eme année en 2018), n’hésitez pas à poster des commentaires !

Reprise !!!!! Ha ha ! 5 ans après !!!!!

Ralalalala la la laaaaaaaaaa !

Ta tan !

Mais qu’est ce que c’est que ce bordel ?? 5 ans ! Pour tout vous dire, je m’étais interdit d’écrire sous le mandat de François Hollande. Non je déconne.

Ben oui ! 5 ans quoi. La vie elle avance, elle continue, elle n’attend pas que je me pose pour continuer ce blog si bien parti.

Je sais lecteur. Tu as été malheureux, tu t’es senti perdu, seul et triste sans nouvelle de Peonrunner.

Comme je te comprends. Mais rassures toi. Je suis de retour. Parce pendant 5 ans, j’ai bougé. Et pas qu’un peu. J’ai continué à courir, c’est rentré dans mon lifestyle comme ils disent les hypsters (les genssss comme on dit dans le sud ouest à la mode). Alors non, je ne suis pas un running man genre je cours tous les jours, je mande bio et je fais les plus grandes courses et trails de la planète. Pas vraiment non. Pour situer, je cours à peu près 500 kms par an, ce qui ramené à la semaine fait à peu près 10 kms. Pas de quoi fouetter un chat, ni pousser mémé dans les orties. Mais ca me va bien.

Je vais reprendre le blog pour vous raconter tout ça.

Back in the business !!

 

 

 

C’est la pause !

Bonjour,

Pas de nouvelles depuis quelques temps car je suis blessé. Petite déchirure musculaire sur l’arrière de la cuisse, rien que ça. Tout va bien…  Je me suis fais ça il y a 3 semaines, depuis ca va mieux mais je suis interdit de sport jusqu’à début aout minimum. Dur dur quand on a pris l’habitude de s’aérer la tête en allant courir.

De plus, je change de job et je déménage. Je reviens dans le 64 du côté de Pau courant septembre, ça c’est cool mais je vais avoir beaucoup de choses à préparer.

Une fois que tout sera bien calé, je reviendrai vous raconter mes exploits sportifs avec cette fois une découverte des courses dans le 64, surtout côté basque. J’en salive déjà.

Donc blog en pause pour quelques temps, à bientôt :)

C'est la pause ! pause

Les montées d’adrénalines de St André de Cubzac 2012, c’est fait

Bonjour,

 

Samedi dernier, je me présentais pour la seconde année consécutive aux montées d’adrénalines, un trail sympa de 12 kms et 300 de D+ à St André de Cubzac.

L’année dernière, cela avait été très dur et après un bon début de course, j’avais fini complètement à la ramasse.

En effet, le 1er km est tout en montée, comme une bonne partie de la fin de course. Parti trop vite, j’avais littéralement explosé et finit à la peine.

Je voulais voir cette année comment j’allais me comporter sur ce tracé plutot exigeant pour une course girondine. En effet, les quelques trails que j’ai fait au pays basque m’ont fait comprendre ce qu’était le vrai dénivelé. Cela m’a permis de bien relativiser le parcours de ces montées d’adrénalines.

Le départ est donné sur les coups de 18h, il fait bon, pas trop chaud ni trop froid, un temps couvert avec une légère brise, bref un temps idéal pour courir. Je pars sur un rythme soutenu mais en maitrise pour ne pas me retrouver dans le rouge. Je me fais doubler mais cela ne m’inquiète pas, je gère ma course. Le 1er km passe très bien, j’arrive en haut plutot frais et je peux un peu allonger la foulée sur la partie roulante. Le parcours est vraiment très sympa, on passe dans les vignes et dans des chateaux. Avant de redescendre, on a même une magnifique vue sur la Dordogne. Je rattrape quelques coureurs, me fait également doubler, les niveaux de chacun prennent le dessus et hierarchise naturellement la course.

Arrive la 1ere grosse remontée ou je ne marche pas et trotinne jusqu’au haut avec une facilité qui me déconcerte moi même. Là ou j’avais complètement craqué l’année d’avant, tout se passe super bien. Après un ravito, on passe dans un tunnel ou un photographe nous attends au bout, c’est excellent.

Arrive enfin la dernière montée avec un vrai rédillon, je finis les quelques derniers metres en marchant, plus pour ne pas me mettre dans le rouge que par impossibilité physique, et je repars en courant. Ce sera ma seule partie en marche, je finis la dernière descente sans aucune retenue et redouble 2 concurrents puis c’est l’arrivée au stade.

Je n’avais pas ma garmin,  oubliée à la maison. J’ai du attendre le lendemain pour connaitre le résultat.

Je finis 148 sur 249 en 1h03. Pour comparaison, en 2011 je faisais 170 sur 220 en 1h07 et quelques soit plus de 4 minutes de gagnées. Super content de voir que l’entrainement finit par payer.

Le prochain parallèle sera soit la moulissoise ou je changerai peut être de distance, à voir. Ou bien la virée des galopins à Soulac.

Wait and see.

Retour sur l’Euskal Trail 2 X 25 km en 2 jours avec mon pote Christophe

Bonjour à vous,

 

Ça fait un petit moment que je n’ai pas écrit car j’étais occupé d’une part, et puis je n’avais pas encore digéré ce premier objectif majeur de ma saison.

On va commencer par le positif. Cette course est tout simplement extraordinaire sur plusieurs points. Ambiance au top, organisation irréprochable, les bénévoles sont d’une gentillesse exceptionnelle, un gros gros merci à eux, les paysages sont superbes. Un pur moment de bonheur sur 2 jours, et chose assez inhabituelle en équipe. J’ai fait cet euskal trail avec un de mes meilleurs potes, on se connait depuis plus de 20 ans et on a fait les 400 coups ensemble. La vie familiale et professionnelle nous ont éloigné mais la connexion est toujours là  et c »était tout simplement génial de se retrouver pour ce défi.

Je lui avait mis un peu la pression les mois précédents, et il s’est vraiment bien entrainé au point qu’au bout du compte, c’est lui qui m’a attendu. Parce que de mon côté j’en ai chié.

Pourtant, j’avais fait quelques sorties en montagne, et même une sara korrika. Ca n’a clairement pas suffit.

 

Euskal trail étape 1 : 25 km  1250 de D+

On part assez vite, Christophe a du mal sur les 5 premiers kms, il tire la langue alors que je suis facile. Mais ce n’était que la mise en route, et il se refait vite une santé au point d’un peu trop forcer et se retrouve à nouveau en difficulté sur une grosse montée. Je l’attends et tout va toujours bien pour moi. Puis, arrive le 15 eme km et une montée terrible après le ravitaillement à Banca, et à partir de là, les crampes m’assaillent petit à petit. On finit en marchant, et tous mes muscles des jambes sont tétanisés, doubles crampes des 2 côtés. Là, grosse inquiétude pour le lendemain. En rentrant, je passe par la case pharmacie, et implore le praticien de me trouver une solution miracle pour le lendemain. Il me donne un truc qui s’appelle sportéine, homéopathique. Je le regarde genre tu te fous de moi ou quoi. Il soutient mon regard et m’assure que ça marche. Il me conseille d’en prendre un dès ce soir.

Dubitatif mais désespéré, je m’exécute.

Retour sur l'Euskal Trail  2 X 25 km en 2 jours avec mon pote Christophe dans courses euskal-trail-etape-1

 

Euskal trail étape 2:  25 km encore, 1250 de D+ à nouveau

Conformément à ce que m’a dit le pharmacien, et ce que dit la notice également, je prend une pastille de sportéine avant le départ.  Nous nous élançons avec l’objectif d’être un minimum devant pour ne pas être bloqués dans les premiers singles. Mais très vite, j’ai une grosse douleur au niveau du genou droit, douleur tendineuse, c’est donc ça le fashia lata?

Terrible, ca m’oblige à marcher dès que le terrain varie. Je ne peux pas enchainer en courant une descente puis une montée si petite soit elle. On a pas fait un km que je me dis que si ca continue comme ça, pour la 1ere fois de ma court carrière, je songe sérieusement à abandonner.

Oui mais voilà, Christophe est là, il me soutient à bloc, m’attend et ne me met aucune pression. Alors je serre les dents et je me tais. J’avance comme je peux en trotinnant et les kms défilent. Passés les 5 premiers kms roulants qui ont été un calvaire, la premiere grosse montée m’apparait comme un soulagement. La marche presque rapide ne me fait pas mal, et la montée se passe bien. Je redoute la longue descente qui suivra. Arrivés en haut, et après s’être fait doublés par les 3/4 du peleton, nous entamons la longue descente. Le paysage est magnifique, on discute avec les gens autours, l’ambiance est vraiment top. J’ai mal mais ca reste à peu près supportable. Je prends mes sportéines toutes les heures et demi, et ca marche. Zero crampes à l’horizon, juste cette p….. de douleur au genou qui m’empeche de lacher les chevaux. Rageant surtout que Christophe est dans une forme olympique en ce 2nd jour. Les kms passent, on prend un énorme orage sur la gueule à partir du 17 eme kms. Mais bien équipé pour la part, ca me fait ni chaud ni froid. Par contre, Christophe n’a qu’un coupe-vent  et lui il prend cher. Je me force autant que je peux à courir pour qu’il se réchauffe un peu. La pluie a rendu la dernière descente très boueuse, mes hoka bondi qui jusque là avaient été tout à fait correctes se retrouvent totalement inutiles. Je dois donc en plus gérer une adhérence des plus précaires. Immanquablement, je finis par me viander à côté d’un abreuvoir ou bien sur, les vaches du coin ont laché de magnifiques bouses qui se sont mélées à la boue…. baaaaaaaa…. je m’essuie comme je peux dans les fougères. Dégueu mais mord de rire quand même, si ca c’est pas de l’aventure…

On finit dans le dernier quart du peleton, vraiment heureux d’avoir surmonté ce défi. L’objectif était de finir, c’est fait. On a clairement le potentiel pour pouvoir faire beaucoup mieux. Je regrette amèrement mon dernier mois avant cet évènement que je n’ai pas su gérer correctement. Je m’étais blessé à la cuisse gauche sur ma sortie à la Rhune sans m’en rendre compte, ce n’est que 1 semaine après alors que j’avais toujours une courbature à cette cuisse que je me suis dit que quelque chose ne tournait pas rond. Je me suis mis au repos forcé pour récupérer au mieux, du coup je suis vraiment arrivé en trop petite forme pour ces 50 bornes. On ne m’y reprendra plus, on s’est donné rdv avec mon pote pour l’année suivante et cette fois, profiter plus du parcours avec un côté plus sportif en perspective.

Mes regrets sont donc ces défauts de forme, crampes le 1er jour, douleur horrible au genou le 2nd. Je vais clairement opter l’année prochaine pour des bâtons je pense, je validerai ça sur mes prochaines sorties en montagne.

euskal-trail-etape-21 dans courses

Bref, un must que je recommande les yeux fermés. Il faut un minimum de condition physique mais cela reste à la portée de beaucoup de monde, sans être un traileur averti. Le maître mot est la convivialité et l’esprit d’équipe. A faire avec un bon pote pour des moments inoubliables.

 

Sortie #86 Sare La Rhune Sare

Bonjour,

 

Etant au pays basque le week end dernier, je n’ai pas résisté en dépit du temps peu clément à faire une sortie sur mon spot préféré du moment à savoir la Rhune. De bon matin, je m’élance à l’assaut depuis Sare de cette montagne au sommet dans les nuages ce jour là. Je prends en milieu de montée une bonne dose de pluie, pas grave, je suis chaud et bien protégé. Je surprends un vautour à moins de 10 metres après un surplomb, le pauvre a du mal à s’envoler et j’en profite pour admirer l’envergure phénoménale de ce rapace. Les pottocks ont mis bas et ce sont de nombreux petits poulains qui gambadent sur les pentes pas trop loin de leur mère, c’est excellent. Je n’ai pas pu emmener mon téléphone portable pour faire des photos, plus de batterie et c’est bien dommage.

Arrivé au col des 3 fontaines, je bifurque vers la Rhune au lieu de la brèche d’Atekaleun. J’arrive au sommet dans les nuages, et donc je ne peux pas profiter de l’incroyable panorama. Hoooo zut alors, ça me fait un prétexte pour revenir une autre fois.

J’ai fait la montée en mode randonnée, juste pour emmagasiner du D+, 900 m pour cette sortie.

Petite nouveauté, j’ai succombé et acheté ma paire de running pour cet été, mes toutes nouvelles Hoka Bondi B que j’ai inauguré ce jour. Ok, les bondi ne sont pas prévues à la base pour la montagne, mais je me suis dit que si Cristophe Saux s’en sert, alors pourquoi pas moi. Pour tout dire, ma paire de Pegasus trail était encore toute mouillée suite au lavage après le trail boueux de Baurech. Et j’ai adoré l’oversize surtout sur la descente. Un peu peur au début car l’extérieur de mon pied droit frottait sur la chaussure, mais après quelques kms, la chaussure s’est adaptée. En tout cas, j’ai pu faire la descente d’une traite, ce que je n’avais pas encore pu faire. Mes jambes commencent enfin à assimiler ce type d’effort.

Ce n’est pas encore forcement ça, 2 jours après cette sortie, j’ai encore de grosses courbatures. Cette sortie me prépare quand même pour l’Euskal trail qui arrive à grand pas. Mon compère s’entraîne aussi, il me tarde même si je sais qu’on va souffrir, surtout le 2ème jour. C’est juste dans 10 jours…

En attendant, et faute de mieux, quelques imp écran du site garmin avec la trace sur la map google et le profil altimétrique de la sortie:

Sortie #86 Sare La Rhune Sare Sare-La-Rhune

 

Sare-La-Rhune-Sare

 

 

Sortie #85 Trail des anonymes à Baurech, c’est fait

Bonjour,

Hier soir, je me suis posé après le taf et je me suis: « Tiens, demain, je ne travaille pas. Je devrai pouvoir aller courir ». Je consulte ma douce pour voir ce qu’il est prévu au programme, et au final j’ai la matinée de libre ! Enorme ! Je vais pouvoir aller faire un trail ! » Je regarde les trails à cette date et il se trouve que le 1er mai, en plus de la Martillacaise que j’ai fait l’année dernière, il y a le trail des anonymes (une asso d’étudiants à Bordeaux) à Baurech. Vu la météo des 3 dernières semaines, je m’attend au pire.

Sortie #85 Trail des anonymes à Baurech, c'est fait dans courses trail-des-anonymes

Les 5 premiers kilomètres, c’est tout plat. Plat et humide, la pluie en quantité exceptionnelle qui est tombée en avril a rendu les chemins boueux comme ce n’est pas permis. Après 200 mètres, chaque chaussure fait 1 kilo. Heureusement, il fait beau, l’ambiance est conviviale, les gens sont contents d’être là. Ensuite, ca monte et ca descend, avec des passages en dévers dans les bois relevant plus du patinage que de la course à pied. Au global, les zones pentues restent praticables et le parcours est vraiment plaisant. Au passage d’un chateau, il y a même du vin à boire. Le balisage est parfait, aucune possibilité de se tromper. Un très bon moment passé en dépit de l’état catastrophique du sol par endroit, un grand bravo à l’organisation et aux bénévoles qui ont su par leur attention et leur gentillesse rendre possible cet évènement.

Côté résultat, je ne l’ai pas encore. Je termine beaucoup mieux que la Sara Korrika, normal c’est moins long et beaucoup moins dur. Je ne suis pas dernier, ça c’est sur. En tout cas, niveau sensations, et même si je n’ai pas couru depuis 10 jours, je suis assez satisfait de ma prestation. Après les forts pourcentages des Pyrénées, j’ai pu envoyer ici dans les descentes et reprendre les places perdues en montées. Le dénivelé reste faible, 200 de D+ sur 9 des 14 kilomètres de la course mais c’est toujours ça de pris.

Encore 18 jours avant l’Euskal trail… Il me tarde.

 

A bientôt pour de nouvelles aventures

 

 

Cours toujours

Bonjour,

En avril, fait ce qu’il te plait. Ha non, c’est en mai ça. Alors en avril, fait pas trop le viril.

Ca fait un petit moment que je n’ai pas donné de nouvelles, je cours toujours quoique cette semaine faute de temps à cause du boulot je n’ai pu chausser les running. Depuis la Sara Korrika, j’ai fait 7 sorties pour un total de 77 kms, ca fera un petit mois mais c’est mieux que rien.

L’Euskal trail se profile, plus que 3 semaines et niveau prépa, je suis pas bon du tout. J’ai beau chercher une vrai bonne côte pas trop loin de chez moi, je suis dépité, c’est désespérément plat. Il pleut mais ça ne me dérange pas, au contraire. Je réfléchis sur ma prochaine paire de running plutôt route en prévision du marathon de Lege Cap Feret d’octobre prochain. Je suis très tenté par des Hoka Bondi , je crois que je vais craquer. Le virus Hoka a encore frappé.

J’irai peut être faire un tour au semi de Lege Cap Feret le 8 mai, je risque d’être un peu court au niveau de la forme mais ca reste 21 bornes et j’ai assimilé cette distance. Objectif, passer sous les 2 heures. Ce qui est largement jouable sauf accident. On verra bien.

A bientôt

12345...10


Les Cavaliers du Plaisir |
JAVELOT CLUB DE CALAIS |
Statistiques Soft France |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Infini Kart
| kung fu tae do
| beachpark31